AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
La Guerre des Clans
Connectez-vous ou Rejoignez-nous vite !

La Guerre des Clans


 

Partagez | 
 

 Larme de Nostalgie

Aller en bas 
AuteurMessage
Larme de nostalgie

avatar

Messages : 7
Points : 2762
Date d'inscription : 04/08/2011

MessageSujet: Larme de Nostalgie   Jeu 4 Aoû - 17:36

Larme de Nostalgie

    ► Nom du Perso : Larme de nostalgie. De la Nostalgie nait les Larmes. Des larmes nait la nostalgie. Cercle parfait.
    ► Surnoms : Larme, Le Clown, Masque du Clown, Le Masqué, L'Âme en Peine. Peu m'importe la façon dont tu m'appelles... Parfois. Libre à toi de laisser s'envoler ton imagination, rien ne dit cependant que je réponde.
    ► Sexe : Mâle. Je ne vous permet pas de douter...
    ► Âge : Trois ans Mais que cela change t'il ? Comme le disait un certains poète, 'Aux âmes bien nées, l'âge n'attend pas le nombre des années...'
    ► Clan : Rivière. Un clan ? Qu'est-ce que c'est ? Ah, oui ! Un clan...
    ► Rang : Lieutenant [ou guerrier si la place est prise]. J'aime les surprises. Pas vous ?


          ═ Regarde moi, je te dirai qui tu es...

    ► Descriptions physique :
      Larme est un chat dans la fleur de l'âge, son poil court est noir et blanc, aucune couleur ne dominant. Ses yeux sont d'un bleu cobalt impressionnant, pur et éthéré. Il a des moustaches fines mais très longues, et son museau est d'une belle teinte rose saumon. Ses lèvres sont noires, et l'intérieur de sa bouche rose pâle. Ses coussinets sont majoritairement d'un gris anthracite, mais il y a quelques tâches de rose dessus. Son pelage est comme celui des chats de la rivière : presque imperméable. S'il n'est jamais plaisant de se faire mouiller, Larme n'y prête pas trop attention, et sait très bien nager. En fait, il adore l'eau.

      Son corps n'est pas épais, plutôt très fin au contraire, son cou n'est pas très large et il n'a pas de collier de poils plus épais que le reste de son corps. Ses pattes sont fines mais puissantes, et lorsqu'il marche, il semble flotter au dessus du sol. Il a une façon de se mouvoir qui est hypnotisant et charismatique au possible. Sa queue, particulièrement longue, lui confère un avantage équilibre important. Ça lui permet de bien grimper aux arbres, et de passer sur des passages réduits, bref, plein de choses assez sympathiques. Avez vous déjà essayé de grimper aux arbres ? Sans un bon équilibre, c'est impossible. Alors se balader de branches en branches, c'est bon pour les écureuils... Et Larme de Nostalgie ! Car c'est en effet un de ses plaisirs.

      Larme est un personnage imposant. Non, non, ne vous méprenez pas : ce n'est pas un personnage énorme et plein de muscle dont les apprentis ont la pétoche rien qu'en le voyant approcher. Ce n'est pas une montagne de graisse qui se balade en se trainant le bide au sol. Non. Sûrement pas. Larme de Nostalgie est un personnage qui en impose par sa présence, tout simplement : on pourrait dire qu'il a une aura impressionnante. Plus qu'impressionnante, même si un chef de clan de clan se doit d'avoir un certain charisme, chez lui c'est carrément un don. En fait, il n'est même pas très grand : de taille moyenne à petite, il est tout en muscles noueux. Il ne parait pas particulièrement puissant, comme ça, mais il n'en est rien. C'est un véritable concentré d'énergie : lorsqu'il se bat, on se rend compte qu'il est tout en muscle, sans une once de graisse, et que se frotter à lui est souvent fatal, car il n'a en effet aucune pitié, et aucun sens moral. Ses crocs, d'une blancheur incontestable, touchent toujours leur cible : eh oui, il est plus que rapide. Si sa musculation est faible par rapport à des chats trapus et qu'il ne fait pas le poids, il se rattrape largement dans la vitesse. Ses attaques fulgurante ont de quoi en terroriser plus d'un. Il est capable de se faire plus silencieux qu'une plume qui tombe d'un arbre, marchant à pas de loup, et plus féroce encore lorsqu'il le faut.

      Il est aussi souple qu'une branche de jonc, qui ploie mais ne casse pas. Ses os sont d'une constitution assez légère, ce qui lui permet de se mouvoir avec souplesse et rapidité, mais en combat, il esquivera au maximum les gros chocs, qu'il sait ne pas supporter à la longue. Il a une constitution fine mais très résistante : il tombe rarement malade et son organisme élimine rapidement les microbes indésirables, et il est rare de le voir malade plusieurs jours de suite.

      Vous avez compris que, en plus de faire tourner les têtes, Larme de Nostalgie fait tourner les cœurs. Ses grands yeux clairs comme deux lacs profond se fichent en vous, vous font peur, et cette peur vous éloigne de lui. Parfois, vous surmontez cette peur. et alors, vous l'appréciez pour ce qu'il est, ce qu'il fait. C'est aussi le genre de chats sur lesquels on fantasme de loin, et devant lesquels on se ratatine. Ces yeux froids, sans sentiments, glacés par le temps et les épreuves, qui en trois ans ont plu sur le mental de ce magnifique chat. Il ne rabaisse pas les gens par son attitude, ne semble jamais supérieur. En fait, l'effet qu'il produit sur son entourage est presque inconscient. Il le sait, il s'en sert, mais n'y peut rien.



          ═ Tu..Ne me... Connais... PAS !

    ► Caractère :
      Larme est un chat très spécial. En effet, il est très difficile de le cerner, en dehors du fait qu'il repousse les gens aussi sûrement qu'un cocker mouillé un chat propre.

      En apparence, Larme est un chat très introverti. Il ne parle jamais, il se contente de secouer la tête à vos phrases, de vous lancer un regard noir si vous lui posez une question stupide ou qui ne l'intéresse pas. Il est effrayant : toujours l'œil noir et la tête basse, il semble constamment triste et dépassé. Il faut une bonne dose de courage pour l'aborder. Et encore plus, lorsqu'on l'a abordé et qu'il a relevé la tête d'un mouvement vif et que ses yeux vous transpercent, de lui exposer votre problème. Ses mouvements lents, presque langoureux, vous tiennent en respect en vous laissant deviner sa puissance au combat tout en vous impressionnant de son sang-froid olympien. Il ne s'énerve en fait pour ainsi dire jamais. Une flegme à toute épreuve. Il est à la fois alerte et passif. C'est un mélange assez... Déconcertant. Ça dépend des jours, en fait. Parfois las et in-intéressé, parfois vif et partout à la fois... Sans toutefois être vraiment intéressé quand même. On a toujours l'impression que rien ne l'atteint et qu'il est plus froid qu'une brique de glace. Si vous le croisez dans le camp, mieux vaut l'éviter. Si vous le croisez hors du camp, mieux vaut s'éloigner à toute jambe. Et s'il vous prend l'envie de l'espionner, vous avez intérêt à être très bon : outre le fait qu'il ait une bonne Ouïe, il est très rancunier et déteste qu'on l'observe sans qu'il le sache. Vous vous exposeriez à de graves ennuis, que vous soyez de son clan ou pas. Il est déconseillé de l'approcher de trop près en toute circonstance, en fait. Et si vous l'approchez, ne le faites SURTOUT PAS la queue entre les pattes comme un chien qui sait qu'il a fait une connerie et qui va se faire battre. Larme déteste les lavettes. C'est en partie pourquoi il prend une attitude si terrifiante. Il ne jure que par le courage, et on s'aperçoit qu'il n'en manque pas. Sinon, il n'a aucune antipathie particulière envers les chats des autres clans : ce sont des chats, tout simplement. Ce qui pose tout de même un sacré problème au clan. Lorsqu'il rencontre quelqu'un, il ne le juge pas sur son apparence, mais sur ses actes. Que vous soyez petit, grand, gris ou roux, cela ne lui pose pas de problème. Tout ce que vous n'avez pas le droit d'être, c'est lâche, stupide, inconscient et désobéissant. Quoi que, pour ce dernier point, rien n'est sûr : dans une certaine mesure il apprécie ceux qui peuvent lui tenir tête et prendre des décisions sans penser cent sept ans aux conséquences et à la punition encourue. Ce n'est pas pour ça qu'il ne les puniras pas. Mais il n'aura aucun grief contre eux.

      Toujours. Toujours Larme sera loyal. Toujours il sera Courageux. Courage et loyauté sont deux principes qui régissent sa vie : la loyauté à sois même, au clan maintenant qu'il en a un. Une loyauté imposée, certes, mais une loyauté qui découle d'une grande importance dans la parole donnée. Il a donné sa parole. Alors il la tiendra. Mais jamais n'a été précisé comment il la tiendrait, et si loyauté est un de ses principes, très important certes, il y préfèrera toujours la liberté. Liberté. Larme s'est enchainé seul, et supporte ses chaînes comme il le peut, mais jamais, il le sait, jamais il ne pourra les briser. Alors il se donne du mou, se fait croire qu'il est libre, quelque part. Mais il sait, il le sait oui, jamais il n'oubliera ces chaînes dont il est paré. Et courage. Oui, il faut du courage dans la vie. S'il ne fallait qu'une chose, ce serait cela : du courage. Beaucoup de courage. Que du courage. 'Avec le courage, on surmonte les épreuves qui, immanquablement, surviennent sur le chemin de notre vie.' est une de ses phrases fétiches. Le courage permet de surmonter toutes les épreuves, et Larme en a tout un réservoir. C'est un concentré de courage. Oh, comme cela, ce n'est pas flagrant : c'est un chat très sage et réfléchi, qui ne se jette jamais dans un fourré sans savoir quelle sorte d'animaux il peut y avoir. Mais si il est parti, rien ne pourra l'arrêter : en plus d'avoir un courage impressionnant, il a une détermination sans faille, une volonté de fer. Si quelqu'un se dresse sur son chemin, il n'y a qu'une solution. Soit il s'écarte, soit il meure. Car oui, Larme est un personnage dur, très dur. Ayant appris dès son plus jeune âge la moralité de la vie, 'tuer ou être tué', il n'a aucune compassion mal placée pour son prochain. Il n'aime pas tuer, ce n'est pas un sadique, mais c'est dans ces moments comme ça qu'on se rend compte qu'il est plus froid que la pierre s'il le veut, et pas beaucoup plus compatissant. C'en est... Terrifiant. Ah, il faut noter aussi que c'est une véritable tête de mule. Il sait apprendre de ses erreurs, mais alors là, le faire changer d'avis... Mieux vaut essayer de convaincre un arbre de bouger, ce sera plus rapide, plus accessible. C'est un chat qui fait attention à sa personne. Il ne craint pas la saleté, mais il préfère être bien propre.

      Mais si on le connaît... Si on le connaît, on découvre un chat tout à fait différent. Déjà, lorsqu'on est son ami (distinction très difficile à avoir), il est tout ce qu'il y a de plus sympathique. Ses yeux, froids et mornes pour les autres, s'illuminent pour vous, et avec un peu de chance un sourire l'accompagne. Il apprécie énormément votre compagnie. Un ami, c'est ce qu'il y a de plus précieux. Ceux qui arrivent à percer sa carapace, à franchir son mur, sont pour lui les meilleures des personnes qui existent. Généralement, il les trie sur le volet. Elles découvrent alors un chat bien différent de l'image qu'il affiche de lui... Sympathique, il a beaucoup d'humour, lui qui parait froid comme une brique, et n'hésitera pas à vous charmer de belles phrases éthérées. Il est un parfait gentleman, lui qui prend les femelles pour les pires des démons lorsqu'on ne le connait pas. Non pas qu'il soit sexiste, loin de là, mais il sait que la plupart des femelles sont des garces horribles. Enfin, ce n'est pas vraiment ça : il a peur de se laisser emporter sous les charmes d'une femelle, sachant que beaucoup (pas la plupart, excusez moi mesdames) sont de folles manipulatrices. Ce qui est vrai, ne vous en déplaise. On découvre aussi un chat très solitaire et aussi très malheureux, qui vit beaucoup dans le passé, et qui n'a aucun but. Étoile de Cendre avait pensé lui en donner un. Pour l'instant, elle doit croire s'être trompée... En tout cas, il n'est pas trop préoccupé par son devoir. Il se cherche un but qu'il songerait plus... Tangible. C'est un chat très mélancolique, qui pense énormément, très philosophique. Le genre de questions qu'il apprécie, c'est les questions comme 'Et après ? Pourquoi ? Comment ?'. C'est un chat très rêveur, qui peut passer des heures à contempler le même spectacle, un tant soit peu qu'il soit joli. Il est très patient. C'est u chat qui adore faire des vers, et parler par énigmes. Lorsque vous lui posez une question pour savoir quel choix faire, la plupart du temps, il ne vous répondra pas mais vous donnera un indice. Il lui arrive de raconter des histoires aux chatons. Il le fait rarement, mais c'est un conteur d'exception. Son histoire préférée est celle d'Étoile de Feu, ancien meneur du Tonnerre, et du traître Étoile du Tigre, qui sévît une vingtaine de printemps auparavant, ainsi que de son homonyme survenu il y a peu de temps. Il lui arrive aussi de conter parfois l'histoire d'amours éperdus, comme celui de Plume Grise et de Rivière d'Argent, ou d'autres chats plus récents. Il en connaît beaucoup. C'est un chat qui a fait quelques voyages, son âme d'aventurier l'emportant au delà de la ville, mais il ne parle jamais de ce qu'il y a vu. Si vous vous attaquez à ses amis... La mort vous serait préférable au sort qui vous attend. C'est un tortionnaire très efficace, lorsqu'il s'en donne la peine.


          ═ Mmh ? Moi ? Oh, pas grand chose...

    ► Goûts :
      Qu'aime t'il ? Oh. Il aime beaucoup de chose, et a des choix très arrêtés. Tout d'abord, il adore la pluie. Certains chats maudissent cette eau du ciel qui colle leur pelage à leur peau et les empêche de se mouvoir à leur volonté, mais lui la trouve purificatrice et fraîche, porteuse de liberté. Bref, il aime la pluie. Et, dans la même veine, il aime bien nager. Il adore barboter dans l'eau, même si, si il y reste trop longtemps, son poil imperméable finit par s'en imprégner et à le laisser glacé jusqu'aux os. Mais bon.

      Ce n'est pas pour ça qu'il n'aime pas le soleil. En effet, il apprécie grandement de lézarder à ne rien faire, assis sur une pierre ou étalé de tout son long. Lorsqu'il était solitaire, son odeur se confondait souvent avec les senteurs environnantes, et si maintenant ce n'est pas encore ça, il doit faire plus attention pour ne pas se faire attraper. Malgré tout, il continue à vadrouiller à droite et à gauche comme si de rien n'était.

      Question gustatif, il n'est pas difficile : il mange de tout. S'il apprécie manger, la privation ne se verra pas énormément sur lui. Il fondra peut être un peu, mais son entrainement intensif qu'il s'impose chaque jour compense. C'est un chat qui fait très attention à son physique, même si ce n'est pas une obsession. Il apprécie le poisson autant que les mulots ou les merles. Que les bêtes soient à plume à nageoire ou à poil ne le dérange pas.

      Il apprécie les gens qui ne parlent pas, ne s'imposent pas, et ne s'approchent pas trop de lui. Pénétrer dans sa bulle d'espace vitale n'est pas vraiment recommandé. En fait, c'est vraiment carrément à éviter. Il n'aime vraiment pas les gens en général, en fait. La solitude, ça, il aime. Oui, quelque part, on peut dire qu'il est agoraphobe. Les seuls personnes qu'il accepte dans son entourage, ce sont ses amis... Et comme il n'en a pas vraiment, c'est assez compliqué.

      Il n'aime pas ceux qui ne savent rien faire tout seuls et ne savent pas prendre de décisions. Il apprécie qu'on vienne lui demander conseil, mais pas pour des questions débiles ou qui concernent un sujet assez bête. L'heure des patrouilles, par exemple. Il déteste aussi les gens qui lui collent aux basques. Les gros boulets. Ceux qui ne foutent rien de leurs journées, ceux qui critiquent tout le monde sans rien foutre, bref. Il déteste beaucoup de monde. Lui, ce qu'il apprécie, c'est les chats discrets et efficaces. Ce sont 'ceux qui survivent', dixit.

      Il n'aime pas ceux qui s'attaquent à ses amis. Ceux là sont en danger de mort constamment. S'ils s'y risquent... Ils y restent. Toujours. Larme trouve incontournable de laisser une mort impunie. Il sait que c'est mal, mais n'arrive pas à se venger... Pour l'instant. Il changera peut être. en tout cas, il a la vengeance dans le sang. Ceux qui ne le savent pas devraient tout de même faire gaffe.




    C. Edrakan




Dernière édition par Larme de nostalgie le Sam 6 Aoû - 15:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larme de nostalgie

avatar

Messages : 7
Points : 2762
Date d'inscription : 04/08/2011

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Jeu 4 Aoû - 17:37

          ═ Qui sait d'où je viens... Ce que j'ai vécu...

    ► Histoire :

    First Part...



    Prologue...
    Il y eut un début...
          #. Commençons par le commencement, pour ne pas finir par le début...
            [Anonyme]



    La vieille chatte se vidait de son sang. Ce dernier coulait à gros bouillons de la blessure. Ce n'était pas beau à voir. Elle allait mourir. Le contraire était impossible. Le meilleur des guérisseur ne pouvait plus garder la vie dans ce corps moulu par les ans, et à qui on avait donné le coup de grâce. La blessure était une marque de croc, au niveau de la carotide, qui entrainait une mort longue et douloureuse, la sensation de s'endormir pour toujours. Ce qui était le cas. Elle allait mourir. Ses yeux, d'un bleu magnifique, se plongèrent dans ceux, identiques, du chat qui la regardait. Ce dernier avait la face brisée en un masque de douleur et de chagrin. Tout le monde sait que les chats ne pleurent pas. Ils n'ont pas de glande lacrymales. Ils ne peuvent tout simplement pas pleurer, c'est physiquement impossible.

    Une larme coula sur la joue noir et blanche du jeune chat.

    Ce dernier s'approcha encore, frôla le museau de la vieille chatte. Son poil long était tâché de sang. Il poussa un long feulement de détresse, mi-gémissement, mi-hurlement. Sa voix se perdit entre les pins. Il secoua la tête, chassant la goutte d'eau salée qui lui tombait le long de la joue. Sa voix, faible, retentit, pleine de tristesse.

    "Pourquoi m'as tu sauvé ? Je ne le mérite pas ! POURQUOI ! POURQUOI ?! Pourquoi es tu morte pour moi... Je... Je... Je ne te connaissais... Même pas...
    - Je ne suis pas *Tchreuuh*... Pas encore... Morte...
    - C'est PAREIL ! Tu... Tu vas mourir, pour moi...
    - Fais moi plaisir, petit chat... Exauce un dernier vœux pour moi...
    - Tout... Tout ce que tu veux...
    - Raconte moi une histoire...
    - ..."


    Le chat secoua la tête, chercha une histoire à raconter. Il devait lui conter la meilleure de ses histoires. Oui, celle d'Étoile de Feu, le célèbre meneur du clan du Tonnerre ! Celui qui, apprenti, avait déjoué les plans du terrible Étoile du Tigre ! Oui, c'est cette histoire qu'il allait lui raconter. Il hésita. Non. Cette histoire, elle devait la connaître. Tout le monde la connaissait. Il lui fallait une histoire spéciale. Une histoire que personne, jusque là, n'avais jamais entendu. Son histoire. La seule qu'il connaissait par cœur et ne racontait jamais. L'histoire d'un jeune chat dont les Larmes avaient coulé, tant de fois, dans son cœur.

    "Je... Je m'appelle Larme de Nostalgie. Je suis né il y a trois ans de cela..."



    Chapter One...
    Ici je suis né...
          #. Je suis né dans la mort...
            [Larme de Nostalgie]


    Je... Je m'appelle Larme de Nostalgie. Je suis né il y a trois ans de cela en terres neutre. Je ne sais pas qui sont mes parents, et je ne veux pas le savoir. Ils m'ont abandonné. Ils m'ont laissé, seul, pour mort. Jamais je n'aurais pu survivre sans l'amour de mon parrain : Masque du Fou. Ce dernier m'a recueilli et m'a tout appris. Je ne me souviens même pas du pelage de ma mère, qui me nourrit le temps de deux mois, grand maximum. Elle ne vivait que pour mon père, j'étais ue erreur, une simple erreur. Alors Masque du Fou m'a accueilli. Comme son fils. C'était un chat impressionnant : grand, fort comme dix chats, un pelage immaculé long et soyeux. Il était un roi. Et il était mon père. Je l'ai aimé, comme on aime un père, un père qui vous a aimé seul, avec qui vous avez partagé vos joies, vos souffrances, vos larmes et vos rires. Il m'a élevé pendant... Un an. Oui, pendant un an il m'a appris à grandir, à chasser, à me battre. Mais surtout, il m'a appris à vivre. Sans lui, je ne serais jamais devenu ce que je suis.

    Les trois premiers mois, je ne m'en rappelle pas, ou presque. Ne me reste que de lui une présence chaude, douce, des conseils, des histoires. Il m'a appris à conter, comme certains savent se battre ou chasser. Conter des histoires, conter des vies, pour que les erreurs du passé ne se recommencent pas dans le futur. Je dirais que mon père était... Un médiateur. Oui, c'est ça. Il pensait, cherchait, trouvait. De quoi améliorer la vie des chats. Pas uniquement ceux des clans : j'ai beaucoup voyagé : il m'a envoyé, seul, traverser la ville pour trouver un de ses amis. J'avais, quoi, six lunes. J'ai beaucoup appris en les quelques jours que durèrent mon voyage : le mode de vie des solitaires en ville, des chats domestiques. Où trouver de la nourriture. Comment reconnaître et éviter les humains de la fourrière, où j'ai faillit finir. Et d'autres choses, comme remarquer quels bipèdes seraient enclins à vous donner un bout de poisson, et comment les faire craquer. Avec une bouille d'ange ou un air de gros dur. Et je l'ai trouvé, lui. Il s'appelait Méphistophéles. C'est, il m'a renseigné, un des noms donné au diable. Je me demandais bien ce que faisait mon père avec un chat pareil. Mais bon. Chacun ses amis, en tout cas, Meph' ne fut jamais le mien. Trop... Sanglant. Trop Fou. Je ne restai pas longtemps avec lui, deux jours, trois maximum, et je rentrais. Je retrouvai mon maître et ami, pour continuer à apprendre. Ce voyage me marqua beaucoup. Mais le prochain encore plus. On partit deux mois. Ensemble. Nous partîmes presque immédiatement après mes premières découvertes de la ville. J'avais donc... Huit mois, peut être. Le temps et son passage sont flous dans mon esprit. J'étais jeune.

    On partit... Loin. Très, très loin. Le voyage dura presque un mois, celui du retour tout autant de temps. Nous ne passâmes là-bas que quelques jours, au calme, où il m'apprit à pêcher et à me débrouiller, à me repérer grâce aux étoiles, et aussi à observer... Tu as déjà vu le soleil se faire avaler par les flots de la mer ? C'est un spectacle magnifique que cet astre divin qui disparait lentement, qui plonge, comme si c'était la dernière fois qu'on le voyait. C'est un spectacle unique, magnifique, à chaque fois recommencé mais variant de jours en jours. Ce voyage constitua mon esprit plus qu'il usa mes pattes et mes coussinets ou ma détermination. Ce fut... Magique. Epuisant, mais magique.

    A notre retour, il m'initia aux techniques de chasse et de combat de différentes tribus de chats qu'il avait rencontré. Il m'annonça qu'il avait voyagé dans les montagnes, dans les plaines, dans la forêt, et même dans le désert, une étendue de sable chaud de milliers de kilomètres. Il avait voyagé loin, très loin avant d'arriver ici. Alors il m'apprit. La technique commune des chats de la forêt et de la plaine, quoi que ces derniers soient plus rapides, la technique agile des chats de la montagne, et la technique vicieuse et électrique des chats des sables. Il m'apprit à me débrouiller dans chacun des milieux, bien que je ne les connaisse pas. Cet entrainement m'a couté des sueurs, du temps. Il m'épuisait, me laissait presque mort chaque soir. Mais j'appris qu'on n'avait rien sans rien. C'était une leçon importante, qui rentra à grand coup de patte sur la tronche lorsque je m'assoupissais durant ses leçons. Car il ne m'instruisit pas physiquement uniquement, il m'apprit aussi des tas de choses sur les bipèdes, les autres animaux, leurs habitudes, bref. Tout ce qu'il faut savoir.

    Un jour, il partit. J'avais... Un an, peut être. Il me dit au revoir d'un air solenel, et me demanda de changer de nom. Car je ne m'appelais pas ainsi, avant. Je m'appelais, comme vous, par un nom commençant par Nuage. Il me disait que c'était une façon de vivre, comme de faire un clan à deux. Une raison, une intégration. Je passais de Nuage du Clown à Masque du Clown. Il a dit qu'il fallait toujours avoir un masque, que nous serions les deux protagonistes d'un grand théatre. Et que si j'enlevais mon masque, j'en pâtirais. Il me l'a dit. Et je ne l'ai pas écouté. Il partit. Et j'ôtais mon masque...


    Chapter Two...
    Là j'ai vécu...
          #. Sans masque, je suis nu...
            [Larme de Nostalgie]


    Et j'ôtais mon masque, moi qui avait toujours vécu caché, je me dévoilai au grand jour. Elle était belle. On était jeunes. Et j'étais con. Oh, oui, qu'est-ce que j'étais con. Il ne me fallut que quelques minutes pour emballer de belles paroles cette jeune chatte, au pelage noir comme la nuit et aux yeux jaunes comme les braises. Ah, c'est elle qui m'a eu, est apparue craintive comme un petit chaton sans défense. En fait, ce n'était pas un chaton. C'était un loup, un loup de malheur, le Fenrir de mon histoire. Elle était si belle, son pelage était si doux, et ses yeux si... Si... Lumineux. Magnifiques. Ils étaient tout en un décliné de oranges sanguins et de jaunes citron qui lui donnaient un air doux et plaintif. Normalement. Son pelage noir se parait de reflets violacés au soleil, ses moustaches s'agitaient lorsqu'elle riait aux éclats, dévoilant ses quenottes blanches incapables de faire du mal à une mouche. Son nom aussi était irrésistible. Elle s'appelait Vague d'Océan. Un nom que je me plaisais à faire glisser sur ma langue en l'appelant, où qu'elle soit.

    C'était une solitaire, comme moi. Je ne la connaissais pas, elle avait juste débarqué, un jour, comme ça, près des plaines du vent. Avec ses airs de tombeur et ses yeux de saphir, le Clown avait tout de suite attiré son attention. Pour mon plus grand malheur. Je lui avait fait les yeux doux, je l'avait ignoré quelques temps, la laissant m'aiguilloter. Je m'amusais avec elle, c'était ma proie. Mais... Ce que je n'avais pas compris... C'est qu'un chasseur aussi a des prédateurs. N'avez vous jamais vu une fourmi attaquer une araignée ? C'était la même chose. J'étais malheureuse araignée alors que la fourmie, les fourmies bien entendu, m'aggripaient dans leur filets, me séparait de ma toile, de mes convictions. Elle allait me briser en mille morceaux. Si seulement j'avais écouté mon mentor & père ! J'aurais su. J'aurais su, j'aurais évité la catastrophe. Pourquoi... Non. Je sais. Ce n'est pas elle qui m'a attiré dans ses filets, c'est moi qui suis allé m'y englué, comme un chaton inconscient. Ah, quel beau poison que l'amour... Et quel grand péché que les chattes...

    Je l'aimais. Je l'aimais plus que tout, à la folie. On se voyait, en cachette, comme des amants, c'était un jeu entre elle et moi. Nous cultivions notre amour en secret comme on cultive des patates en potager. Ou plutôt du canabis, les patates sont souvent élevées publiquement. C'était ma drogue, mon amour. Elle était tout pour moi. Je devins... Paresseux. Et presque gros ! son amour acquis, je ne cherchai plus rien : je me laissais aller, comme un pacha. J'allais me servir en ville si besoin. Je n'avais rien d'autre à l'idée, rien d'autre en tête. J'étais totalement dépendant d'elle.

    Mais ce qui devait arriver arriva. Elle ne m'aimait pas. Je croyais vivre l'amour, la passion et je croyais que c'était un échange, que notre amour était réciproque. Mais non. Cette histoire, qui dura deux, trois lunes au plus, dura deux ou trois lunes de trop. Je l'appris un jour que nous étions ensemble. On se baladait, et j'avais fini par la convaincre d'aller en ville avec moi. Elle ne voulait jamais y aller. Elle disait qu'elle avait peur des gens, des voitures. Mais on finit par aller se balader entre les étals des marchands, quittant l'humus frais de la forêt pour les pavés chauffés à blanc de la ville. Et on y croisat justement la personne qu'il ne fallait pas croiser.

    Son petit ami. Officiel, celui-là. Ah, dites vous, ce sont les genre de trucs que l'on ne voit que dans les films ou les romans. Mais le jour où ça vous arrive, vous faites pas la même tronche ! Alors qu'il se ruait sur moi, comme un collégien en pleine puberté et en crise de jalousie, je me rendis compte que le muscle qui me tenait au corps pendant mes bonnes périodes avaient fondus, remplacés par des kilos de graisse malvenus. Oh, je n'étais pas gros, non, elle ne serait jamais restée avec un gros chat. Quelle honte, en effet. Mais j'étais bien moins fort qu'avant, et l'amour m'avait ramolli le cerveau. Ce chat à qui, trois mois plus tôt, je foutais la pâtée en moins de deux, me colla à terre et j'eus bien du mal à me dégager. Il crâchait comme un bleu, alors que je restais calme, l'oreille basse de m'être fait tromper. Il recula. Même dans ma forme minable je pouvais le battre, il le savait, lui qui n'avait jamais rien connu d'autre que les croquettes des bipèdes. Alors il se tourna vers elle, et elle se colla à lui, terifiée. D'accord. Alors en plus, dans l'histoire, c'était lui le méchant-pas-beau-piqueur-de-petite-copine. D'accord. Que j'avais été stupide de jeter ainsi mon masque aux orties... Mes yeux se fermèrent, je respirai à fond. Mon regard de glace se plongea dans celui, réellement terrifié, de la chatte aux yeux d'ambre. Quelques mots, juste.

    "Si je te revoie, je te tuerai."

    Elle m'avait mené en bâteau, ridiculisé. Si je la revoyais, je la tuerais. J'étais sûr de ma décision. Ce n'est pas inpunément que l'on enlève le masque d'un clown. Lorsqu'on enlève le masque de quelqu'un, il faut toujours être sûr de ce que l'on trouvera en dessous, ou de ce qu'il se passera lorsqu'il le remettra. Mais je l'ai revu...


    Chapter Three...
    L'endoit où je l'ai tué, et où je suis mort à mon tour...
          #. Clown de Tragédie...
            [Larme de Nostalgie]


    Mais je l'ai revu, elle est revenue. Elle est venu s'excuser auprès de moi. J'ai failli la laisser partir vivante. Si elle ne m'avait pas fait ces yeux doux, si elle n'avait pas terminé sa phrase par un désinvolte "Mais c'est pas grâve, t'façon. Hein tu m'aime toujours, de toute façon..." .. Il fallait croire que cette chatte avait plus de poils que de neurones dans le ciboulot. Sinon, elle n'aurait jamais dit ça. Je l'avoue, ici, dans ce journal de ma vie, dans ce conte que je te livre, mon amie presque défunte, je l'ai tué. Vague d'Océan, chatte solitaire qui trahit mon coeur mourut sous mes griffes. Ce ne fut pas difficile. Elle était faible, elle profitait de son pelage chatoyant et de ses yeux de braise pour extorquer de la nourriture à ceux qui passaient par là. Fucent-ils des chats solitaires au masque d'ivoire tels que moi. Fucent-ils aussi bêtes que moi. Ah. On m'y reprendra, à baisser mon masque, à devenir Le Clown et d'abandonner les Larmes de mon déguisement. Ce ne fut pas difficile non plus car j'avais repris, enfin, après tant de mal, mon entrainement quotidien. Je vous garantie qu'il est difficile de perdre des kilos superflus, plus que de les gagner en tout cas.

    J'étais dans une pêche d'enfer, tout habilité à l'oublier définitivement, cette démone séductrice. Mais elle se présenta de nouveau devant moi, n'ayant eu cure de mon avertissement. Pas de chance pour elle. Ah, si cela pouvais vous rassurer, je vous dirais que j'en ai souffert. Oui, j'en ai plus que souffert : ce fut pendant deux mois que je me balladais comme un bannis, un proscris, évitant tout le monde et ne rencontrant personne, tout entier dans mes pérégrinations silencieuses, abhorrant tout mon être. Lorsque je croisais un chat aux yeux de feu, mon tourment reprenait. Ce ne fut qu'à mes un an et six mois que je me repris, en rencontrant une petite chatonne précieuse et perdue, Nuage d'Azur. Ah, celle là... Je n'avais vraiment pas de chance, la dernière personne sur qui il fallait que je tombe. Agaçante, imbue d'elle même, chieuse à tout casser... Elle me fit tout de suite craquer avec ses airs d'agneau et ses douces paroles pour m'amadouer. Je me disais qu'un chaton comme ça ne pouvait être mauvais. Je me devais de le secourir... Je ne baissais pas mon masque, mais je restais avec elle et l'entrainais pendant deux mois. Pas un jour de plus. Car hypnotisée par mes yeux d'Océan, elle me suivait et, je m'en rendait compte, commençait à m'aimer. Le drame se rejouait : je compris bien vite que cet ange venait de l'enfer même, que c'était ma punition, que je devais l'accepter. Ah, au bout des deux mois impartis, je la rejettai du mieux que je pus pour qu'elle ne revienne jamais me voir. Succès pour l'instant atteint.

    Je ne replongeai pas vraiment dans mon stupide aternoiement personnel : je cherchai à m'améliorer. Je passais six mois ailleurs. Où, ailleurs ? Ailleurs. Dans des réguions reculées, emplies de sable et de neige, des endroits que je n'avais jamais vu qu'en rêve, et qui me venaient de mon père et ami. Jamais je ne le recroisai, ce dernier. Je pense maintenant que, lorsqu'il est parti, c'était pour son dernier voyage. J'ai toujours eu envie de le croiser, et mes yeux s'éclairaient dès que je croisais un chat blanc assez massif, l'oeil pur et l'oreille alerte. Quelle déception, à chaque fois. Quelle tristesse. Puis, après avoir découvert le plus de terrains possibles, je revins. Et je rencontrais des chats...


    Chapter Four...
    le début d'une nouvelle vie...
          #. Amis, ennemis...
            [Larme de Nostalgie]


    Et je rencontrais des chats, plus étranges les uns que les autres, parfois amis, parfois ennemis. Certaines rencontres me frappèrent plus que d'autres. L'Illusionniste, que je croisai plusieurs fois, m'appris quelques trucs, et sa vision des choses, si semblable à la mienne, fit de nous des amis. De très bons amis. Je le recroise tantôt, et jamais je ne l'oublie. Je croisai aussi quelle qu'autre personne, Muse Éternelle, qui m'agonisa d'injures de sa langues acérée et redoutable, si précises et bien fichées. Elle me fit rire de ses grands mots du haut de sa petite taille, de ses propos agressif et de son incapacité à les mettre en œuvre, mais pas comme on rit de la stupidité d'une personne, non, plus d'une blague d'un ami. Rugissement du Tigre, toi, le peu que je te croise, je t'évite. Ton regard n'est pas franc, il appelle le sang. Mais tu as bien compris : je ne suis pas une proie.

    Oui, j'ai rencontré des chats. Ils ont formé le chat que je suis maintenant, sur, sous, derrière le masque ou dessiné par dessus, rajouté, effacé... Il faut une vie pour colorier une page d'existence. La mienne est grise, intensément grise, avec quelques pointes de bleu. C'est beau, le bleu. Maintenant, tu connais mon histoire...


    Last Chapter...
    Et ainsi s'aceva ma vie...
          #. Devant ton cadavre, le cadavre d'une amie inconnue...
            [Larme de Nostalgie]


    "Maintenant, tu connais mon histoire, toi qui m'a sauvé. Toi qui vas mourir. Pour moi.
    - Oui... Oui, je vais mourir... Je laisse derrière moi tant de chose... Tant de choses qui me sont chères... Mon... Non... Je ne peux les laisser... Toi, Larme. Toi. Aide les. S'il te plait.
    - Je... Je... Non. Je ne peux pas leur annoncer cela...
    - Leur ann... Non ! Tu ne dois pas leur annoncer cela. C'est sans importance. Écoute... Moi bien, pet.. Petit chat. Je vais mourir. S'il te plait. Exauce mon vœu.
    - Je... Je ne sais pas...
    - Si. Je t'offre quelque chose de précieux. Jure le. Jure le sur ton honneur, Le Clown.
    - Je... Je...
    - Dépêche toi ! Je me meurs.
    - Bien. Je jure. Je jure sur mon honneur, moi, Larme de Nostalgie, d'exaucer ton dernier vœu, quel qu'il soit.
    - Bien, très bien. Approche..."

    Larme s'approcha lentement, peu sûr de lui. Il approcha son oreille de la gueule de la chatte, qui laissa échapper sa volonté dans un dernier souffle.

    "...
    - NON ! NOOON ! Tu ne peux... Tu ne peux PAS me demander ça !"

    Il recula, frappé par la foudre. Devant lui, la chatte souriait. Elle était morte. Larme du Désespoir rejeta la tête en arrière, laissant la pluie couler sur ses joues comme autant de larmes, pleurant, pleurant sa liberté perdue, alors que de sa gorge sortait, s'expulsait un cri déchirant, sans nom, adressé aux étoiles. Ces dernières riaient, se moquaient de lui. Le cri continua. Encore. Encore. Et encore. Retentissait dans la vallée, ces deux chats recroquevillés sous la pluie, le poil lourd, elle, morte, lui, presque. Seuls. Sous la pluie...

    ♪ Don't try to fix me... I'm not broken...

    Une silhouette se détachait sous la lumière de la lune, se glissant dans les ombres, apparaissant, disparaissant, tel un spectre nocturne. L'apparition se coula dans l'entrée de la grotte. Des traces de pattes, de boue et d'eau mêlés, le suivait.

    Le bloc s'embrasa d'argent. La silhouette devint un chat noir et blanc qui hésita, puis s'allongea contre la pierre froide et brillante. Et s'endormit.

    L'ombre noire ressortit d'un pas incertain de l'entrée sombre se découpant dans la grotte. L'aurore colorait de rose le paysage. L'ombre s'écroula.

    Gémissement. Hurlement.

    "Pourquoi ? POURQUOI M'AS TU INFLIGE CELA ? TU M'ENTENDS ? TU M'ENTENDS ? OUI, JE SAIS QUE TU M'ÉCOUTE ! ALORS ÉCOUTE MOI BIEN ! JE M'EN OCCUPERAI ! JE M'OCCUPERAI DE TON CLAN, ET JE RÉUSSIRAI !"

    Une dernière fois, dans son esprit, résonnèrent les derniers mots de sa sauveuse, de sa hantise.

    "Occupe toi de mon clan, Larme du Désespoir. Occupe toi du clan de la Rivière..."

    Alors l'ombre se leva, et l'Aurore l'accompagna pour sa nouvelle vie... Sa nouvelle vie en tant que guerrier du clan de la Rivière.


Dernière édition par Larme de nostalgie le Sam 6 Aoû - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile d'Écorce
Modératrice
Modératrice
avatar

Messages : 246
Points : 3038
Date d'inscription : 26/07/2011
Age : 19
Citation : Viva la vida!

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Jeu 4 Aoû - 18:25

c'est vâchement long,bravo et bienvenue!


Modératrice ,à votre service:



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larme de nostalgie

avatar

Messages : 7
Points : 2762
Date d'inscription : 04/08/2011

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Jeu 4 Aoû - 18:27

    Merci : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile d'Écorce
Modératrice
Modératrice
avatar

Messages : 246
Points : 3038
Date d'inscription : 26/07/2011
Age : 19
Citation : Viva la vida!

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Jeu 4 Aoû - 18:44

tu vas pas aimer mon autre commentaire,je suis pas très fan de ton avatar....^^'


Modératrice ,à votre service:



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larme de nostalgie

avatar

Messages : 7
Points : 2762
Date d'inscription : 04/08/2011

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Jeu 4 Aoû - 19:38

    Ben c'est pas grave, chacun ses gouts Oo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tempête Sacrée
Admin
Admin
avatar

Messages : 627
Points : 4090
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 20
Citation : France

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Ven 5 Aoû - 7:20

Bienvenue Dans le Forum,Super Page,Superbe Photo, Excellent Travail!
Ps:La Photo de Ton Chat est Splendide:Tu devrai la Mettre en Avatar.
Et Encore Bravo et Bienvenue



Game Manager !

A votre service ! N'oubliez pas l’évènement cacahuètes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larme de nostalgie

avatar

Messages : 7
Points : 2762
Date d'inscription : 04/08/2011

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Ven 5 Aoû - 7:33

    Merci : 3
    J'attend de pouvoir la mettre en signature, pas d'inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Et du Soir./Plume des Tén
Admin-Chef du Clan du Tonnerre
Admin-Chef du Clan du Tonnerre
avatar

Messages : 733
Points : 4105
Date d'inscription : 28/06/2011
Citation : The Hope makes Live.

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Ven 5 Aoû - 9:43

Wouah ! Bravo ! Ta fiche est la plus longue du Site Smile Tu en as de l'inspiration ! En tout cas merci et Bienvenue ♥️

PS : L'Avatar doit représenté un chat Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laguerre-desclans.forum-canada.net/forum
Étoile d'Écorce
Modératrice
Modératrice
avatar

Messages : 246
Points : 3038
Date d'inscription : 26/07/2011
Age : 19
Citation : Viva la vida!

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Ven 5 Aoû - 12:18

Voilà,c'est ce que je voulais dire,l'avatar,doit représenter ton chat! ^^'


Modératrice ,à votre service:



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larme de nostalgie

avatar

Messages : 7
Points : 2762
Date d'inscription : 04/08/2011

MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   Sam 6 Aoû - 11:50

    Merci...
    Fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Larme de Nostalgie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Larme de Nostalgie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VIDEO Historique , ha la nostalgie.
» Larme pourpre - Assassin
» Nostalgie et Air de Chanson.. ~ [ Terminé ]
» Nostalgie et amitié... ( Tournade d'Azur)
» Souvenirs, nostalgie, tristesse et retrouvailles [Justin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Au commencement... :: Présentations-
Sauter vers: